Archives par mot-clé : mis-en-avant

Séminaire « Terrains Politiques »

Séminaire « Terrains politiques, réflexions collectives sur des pratiques de recherche engagées »

Dans la continuité de la journée d’étude organisée en avril 2015 à l’Université Paris 8, le séminaire « Terrains Politiques » propose un espace d’échange aux chercheurs en sciences sociales qui mènent des enquêtes de terrains sur les mobilisations collectives, les organisations, les collectifs activistes et militants ou sur des sujets et terrains connexes. Plus largement, il s’agit donc de s’interroger sur ce qu’implique de questionner le politique en sciences sociales. En effet, ces terrains politiques mettent inévitablement les chercheur.e.s face à une double responsabilité, à la fois académique et politique (vis à vis des causes étudiées). Dès lors, comment mettre à profit cette tension entre rigueur d’analyse et engagement ?

Au fil des séances, il s’agira d’interroger les différentes réponses possibles (parfois contradictoires) à ces questionnements et ce, à toutes les étapes du processus de recherche.
A ses débuts, tout d’abord : dans quelles mesures les expériences civiques et politiques des chercheur.e.s nourrissent leurs questionnements, leurs problématiques, la construction des hypothèses et méthodes ? Comment replacer ces pratiques et expériences dans leur dimension collective ?
Pendant la phase de recueil des données, ensuite : Comment nous positionnons-nous face aux rapports de dominations dont nous sommes partie prenante ? Comment se positionner vis-à-vis d’activistes et de militant.e.s dont les chercheur.e.s ne partagent pas les objectifs et les visions du monde ? A l’inverse, si ces visions sont partagées, comment rester critiques et produire des analyses autonomes ?
Enfin, quand vient le moment de l’écriture et de la diffusion des résultats de recherche : comment se positionner face aux contradictions et dominations qui traversent les collectifs politiques ? Comment être « fidèle » à la parole collectée ? Comment inclure la restitution aux acteurs et actrices dans le cours de la recherche ? Comment diffuser les recherches pour qu’elles ne se contentent pas de penser le monde, mais participent de sa transformation ?

Au delà du caractère nécessairement singulier et situé des expériences de recherche, nous sommes convaincu.e.s de l’intérêt qu’il y a à expliciter et à interroger collectivement nos partis pris épistémologiques, nos stratégies et relations d’enquêtes, nos choix éthiques.

 

19 janvier 2016 : L’ethnographe dans la toile des rapports sociaux de classe, de genre et de race
Intervenant.e.s : Alice Romerio (Doctorante, CRESPPA-GTM, Paris 8), Benoit Coquard (Doctorant, GRESCO, Poitiers) et Ana Portilla (Doctorante, CSU, EHESS).
Discutante : Isabelle Clair (Chargée de recherche CNRS, Iris)

16 février 2016 : Des recherches engagées aux côtés des acteurs. (1) Recherche et action: pratiques et théorie.
Intervenante : Antonella Corsani (Enseignante-Chercheure en Économie IDHES, Paris1)

15 mars 2016 : Des recherches engagées aux côtés des acteurs. (2) La recherche opéraiste
Intervenants : Salvatore Cominu (chercheur indépendant, Turin) et Enrico Riboni (socio-analyste et ergologue)

12 avril 2016 : Enquêter sans adhérer. Participation, non participation et sympathie politique.
Intervenant.e.s : Josselin Tricou (Doctorant, CRESPPA-LabTop, Paris 8) et autres intervenant.e.s.
Discutant : Remi Lefebvre (Professeur de sciences politiques, CERAPS, Lille 2).

10 mai 2016 : Une sociologie politique des doctorants. Mouvements sociaux, socialisations politiques et effets de génération chez les doctorants.
Présentation du groupe de recherche « Génération DOC2000 », Kevin Vacher (Doctorant, CRESPPA-GTM, Paris 8), Elsa Gimenez (Doctorante, Unil, Lausanne), Joseph Cacciari (Doctorant, LAMES, Aix-Marseille Université).
Discutant : Gérard Mauger (DR émérite, CESSP-CSE)

7 juin 2016 : Les choix de l’écriture: concilier exigence de vérités, éthique et politique de la recherche.
Intervenant.e.s. : Daniel Bizeul (Professeur de sociologie, Université d’Angers, CSU Cresppa) et Magali Boumaza (Enseignante en science politique, Université de Galatasaray, SAGE Strasbourg)
Retrouvez le programme en PDF ici ainsi que l’affichette (PDF, format A3)  ici pour diffusion dans vos laboratoires, écoles doctorales etc. 

 

Bibliographie par séance

RAPPORTS DE DOMINATION AU SEIN DES COLLECTIFS

Becker H. S., “Whose side are we on?”, Social Problem, 1967, Vol. 14 (N°3), p. 234-247, http://www.sfu.ca/~palys/Becker1967-WhoseSideAreWeOn.pdf

Bizeul D., « Des loyautés incompatibles », SociologieS [En ligne], La recherche en actes, Dilemmes éthiques et enjeux scientifiques dans l’enquête de terrain, mis en ligne le 21 juin 2007, http://sociologies.revues.org/226

Blondet M., « Le genre de l’anthropologie. Faire du terrain au féminin » , in Bensa A. et Fassin D. (dir), Les Politiques de l’enquête. Épreuves ethnographiques, La Découverte, Coll. Recherches, Paris, 2008, 331 pages, p. 59-80.

Broqua C., « L’ethnographie comme engagement : enquêter en terrain militant. », Genèses 2/2009 (N° 75) , p. 109-124. www.cairn.info/revue-geneses-2009-2-page-109.htm.

Femmes des quartiers populaires en résistance contre les discriminations, 2013, Editions Le Temps des Cerises, Collection Le coeur à l’ouvrage, Préfaces de Didier Mignot et Hervé Bramy, 200 p.

Fillieule O. et Roux P. (dir.), 2009, Le sexe du militantisme, Paris, Presses de Sciences Po, 368 p.

Freeman J., “The tyranny of structurelessness”, Berkeley Journal of Sociology, Vol. 17, 1972-73, p. 151-165

Golde P., 1970, Women in the field. Anthropological Experiences, (éd), Aldine Publishing Company,Chicago.

Gould D., « From Participant To Observer: Unraveling My Common Sense » Paper presented at the annual meeting of the American Sociological Association, Atlanta Hilton Hotel, Atlanta, GA, Aug 16, 2003 <Not Available>. 2009-05-26  http://www.allacademic.com/meta/p106501_index.html

Havard-Duclos B., « Les coûts subjectifs de l’enquête ethnographique », SociologieS [En ligne], La recherche en actes, Dilemmes éthiques et enjeux scientifiques dans l’enquête de terrain, mis en ligne le 21 juin 2007, http://sociologies.revues.org/182

Lefèbvre R. et Sawicki F., 2006, La société des socialistes. Le PS aujourd’hui, Éditions du Croquant, coll. Savoir/Agir, 255 p.

Massicard E., « Être pris dans le mouvement : savoir et engagement sur le terrain », Cultures & conflits, L’Harmattan, 2002, p. 117-143, https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00813238

Naepels Michel, « Note sur la justification dans la relation ethnographique. », Genèses 3/2006 (No 64) , p. 110-123, www.cairn.info/revue-geneses-2006-3-page-110.htm.

Un texte d’une activiste du M.L.F. (USA), « La tyrannie de l’absence de structure », traduit et publié en français par l’Infokiosque, à partir d’une version de la revue ContraPoder, n.3, 1999. http://www.les-renseignements-genereux.org/var/fichiers/textes/Tyrannie.pdf

Véniat C., « Pour une ethnographie engagée : Enquêter sur l’accès aux droits des habitants des bidonvilles », in GIS Démocratie et Participation, Actes du Colloque Chercheur.e.s et acteur.e.s de la participation : Liaisons dangereuses et relations fructueuses, Saint-Denis, 29-30 janvier 2015. http://www.participation-et-democratie.fr/fr/node/1810

Vingré P., « Les coûts de l’observation. De la participation à l’enquête dans une institution fermée », ethnographiques.org (N°11), mis en ligne octobre 2006,  http://www.ethnographiques.org/2006/Vingre.html

 

AFFINITES ET DISTANCIATIONS

Avanza M., “Comment faire de l’ethnographie quand on n’aime pas ses indigènes?”, in Bensa A. et Fassin D. (dir), Les Politiques de l’enquête. Épreuves ethnographiques, La Découverte, Coll. Recherches, Paris, 2008, 331 pages,  p. 41-58.

Bizeul D., Avec ceux du FN, un sociologue au front national, La Découverte, coll. Textes à l’appui, 2003, 298 p.

Bizeul D., « Les sociologues ont-ils des comptes à rendre ? », Sociétés contemporaines 2/ 2008 (N° 70), p. 95-113

Boumaza M., “L’expérience d’une jeune chercheuse en “milieu extrême” : Une enquête au Front national”, Regards sociologiques, 2001 (N°22), p. 105-121

Bruneau I., “Un mode d’engagement singulier au Front national. La trajectoire scolaire effective d’un fils de mineur”, Politix Premier trimestre 2002, Vol. 15 (N°57),

Pelletier W., « Description d’une militance et ethnocentrisme : l’implicite normatif du témoignage d’Anne Tristan », Critiques sociales, décembre 1991 (N°2), p. 50-56.

Tristan A., 1987, Au Front, Gallimard, 257 p.

 

SOCIOLOGIE POLITIQUE ET POLITISATION

Bantigny L., « De mai 68 au mouvement anti-CPE filiations et ruptures dans la mobilisation de la jeunesse », in La politique au fil de l’âge, Muxel A. (dir.), 2011, Presses de Sciences Po, 312 p., p. 162‑179,

https://www.cairn.info/resume.phpID_ARTICLE=SCPO_MUXEL_2011_01_0162

Fosse-Poliak C. et Mauger G., « « Choix » politiques et « choix » de recherches : essai d’auto-socio-analyse (1973-84). », Cahiers du réseau Jeunesses et sociétés, Février 1985, no 3-4-5.

Piriou O. et Sainsaulieu R., 1999, Pour une sociologie des sociologues: formation, identité, profession, ENS éditions, 330 p.

Serre D., « Être doctorant-e. Socialisations, contextes, trajectoires », Socio-logos. Revue de l’association française de sociologie, 9 juillet 2015 (No 10), https://socio-logos.revues.org/2924

Tissot S., « Reconversions dans la politique de la ville : l’engagement pour les « quartiers » », Politix, 2005/2 (N°70), p. 71‑88, https://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=POX_070_0071

Matonti F. et Poupeau F., « Le capital militant. Essai de définition », Actes de la recherche en sciences sociales, 2004/5 (N°155), p. 4‑11, https://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=ARSS_155_0004

Becker H. S., 2006 (trad. 1970), Le travail sociologique. Méthode et substance, Academic Press Fribourg, Fribourg Suisse.

Beliard A., Eideliman J.-S., « Au-delà de la déontologie. Anonymat et confidentialité dans le travail ethnographique », in Bensa A. et Fassin D. (dir), Les Politiques de l’enquête. Épreuves ethnographiques, La Découverte, Coll. Recherches, Paris, 2008, 331 pages, p. 123-141.

Numero 94 de la revue Communications 2014/1 (N° 94), Chercher, s’engager?  https://www.cairn.info/revue-communications-2014-1.htm

Dunezat X., « Travail militant et/ou travail sociologique? Faire de la sociologie des mouvements sociaux en militant », in Naudier D.,

Simonet M. (dir), Des sociologues sans qualités? Pratiques de recherche et engagements, La découverte, Paris, 2011, p. 80-97.

 

AUTOUR DE LA RESTITUTION

Milliot V., « Avec les biffins ? Engagements ethnographiques en cascades », in GIS Démocratie et Participation, Actes du Colloque Chercheur.e.s et acteur.e.s de la participation : Liaisons dangereuses et relations fructueuses, Saint-Denis, 29-30 janvier 2015. http://www.participation-et-democratie.fr/fr/node/1809.

Lou Vertongen Y., « Militant-chercheur » et « chercheur-militant » : Retour sur une expérience de recherche au sein des collectifs de migrants « sans-papiers », Proposition de communication, Journées d’étude internationales, Produire du savoir sur les migrations, Université de Paris 13, 28-29 mai 2015. http://migrationsetluttessociales.blogspot.be/

Piron F., « Écriture et responsabilité. Trois figures de l’anthropologue », Anthropologie et société, 1996, vol. 20 (N°1), p. 125-148

Bibliographie générale

« Engagements intellectuels », Actes de la recherche en sciences sociales, 2009.

Castel R. 2000, L’engagement du sociologue, sociologie du travail,
 
« Engagements problématiques en sciences sociales », Cultures et conflits, 2002 : http://conflits.revues.org/34.
Fassin D., 2000, l’antrhopologie entre engagement et distanction.
Genard Jean-Louis et Roca i Escoda Marta, « La « rupture épistémologique » du chercheur au prix de la trahison des acteurs ?
Les tensions entre postures « objectivante » et « participante » dans l’enquête sociologique »,Éthique publique, vol. 12, n° 1, 2010
Haraway Donna , « Savoirs situés : la question de la science dans le féminisme et le privilège de la perspective partielle » inDes singes, des cyborgs et des femmes. Réinvention de la nature. Éditions Jacqueline Chambon, 2008 
Havard-Duclos Bénédicte, « Les coûts subjectifs de l’enquête ethnographique. Enquêter comme militante dans l’association Droit Au Logement (DAL) à la fin des années 1990 »,  SociologieS [En ligne], Expériences de recherche, Dilemmes éthiques et enjeux scientifiques dans l’enquête de terrain, mis en ligne le 21 juin 2007, URL : http://sociologies.revues.org/182  
Lefebvre Rémi, « « Politiste et socialiste ». Une politique d’enquête au PS »,inEnquêter dans les partis politiques. Perspectives comparées, Revue internationale de politique comparée n°17, De Boeck Supérieur, 2010. 
Naudier Delphine et Simonet Maud (dir), Des sociologues sans qualités? Pratiques de recherche et engagement, La Découverte, 2011
Schwartz Olivier, Le monde privé des ouvriers, PUF, 2012 (1ère édition 1990), Chapitre 1, Deuxième partie Une méthode ethnographique  (notamment la sous-partie intitulée Le cynisme)
Soudière De la, M. 1988 l’inconfort du terrain, revue terrain
Weber Max et Kalinovski Isabelle, La science, profession et vocation, suivi de Leçons wébériennes sur la science et la propagande (par Isabelle Kalinowski), Agone, 2005

Journée d’Étude « Terrains politiques »

Journée d’Étude « Terrains politiques :  tension et complémentarité entre exigences d’analyse et engagement »

Journée d’Étude organisée par Raphaël Challier, Marta Lotto, Ulrike Lune Riboni et Tiphaine Bernard le 23 avril 2015 à l’Université Paris VIII.

Retrouvez tous les enregistrements de la journée ICI.

La question posée par Howard Becker il y a plus de trente ans – « Whose side are we on? »- s’impose sans cesse aux chercheur.e.s qui étudient les mobilisations, les mouvements, les luttes, les associations et les groupes politiques. Les chercheur.e.s engagé.e.s sont confronté.es à une problématique incontournable : comment concilier exigences scientifiques et engagement, dans la vie personnelle, dans l’enquête et au moment de la restitution?

Cette journée d’étude se propose de questionner à la fois ce que l’engagement des chercheur.e.s apporte à leurs pratiques de recherche scientifique (biais et points d’appuis, transformation des savoir-faire militants en savoirs intellectuels, etc.) et ce que la recherche peut apporter aux militant.e.s et aux luttes (positionnement en tant que simple « scribe » de la lutte étudiée ou position « d’expertise », tensions entre respect de la confiance accordée par les enquêté.e.s, adhésion à la cause et aux stratégies politiques et devoir/nécessité de critique, etc.)

Ces questions fondamentales gagneront à être réinterrogées, explicitées et débattues collectivement, à partir des pratiques du terrain, des stratégies pour faire face au malaise qui naît de l’ambivalence de sa propre position, à « l’instrumentalisation » de l’engagement, aux doutes et difficultés propres à ce domaine de recherche.

Invités :

  • Marguerite Rollinde (Université Paris 8, CRESPPA GTM)

  • Paul Scheffer (Université Paris 8 / CNAM)

  • Etienne Penissat (CNRS / CERAPS)

  • Nassera Merah (Université Paris 8)

  • Virginie Milliot (Université Paris Ouest Nanterre, LESC – UMR 7186)

  • Manon Him-Aquilli (Université Paris-Descartes, EDA, CERLIS)

  • Julian Mischi (INRA)

AFFICHE1